Numéro 2



Parution : 2015
Reliure : relié
Nombre de pages : 60
Images : 9
Isbn : 978-2-9549458-1-1
Issn : 2490-7081
Prix : 10 euros (port inclus)
Pour commander (via PayPal) :

(Il est également possible de commander la revue par chèque en nous écrivant, à votre librairie en fournissant les références ou sur le réseau amazon. Pour tout renseignement : journaldemespaysages@gmail.com)


Participants : Angèle Casanova, Charlotte Beltzung, Benjamin Girard, Benoit Jeantet, Carole Cohen-Wolf, Corinne Lelepvrier, Emilie Notard, Fabrice Farre, Franz Narbah, Frédéric Dechaux, Isabelle Herbert, Jean-Claude Goiri, Jérôme Flipo, Louise Mézel, Marie-Josée Desvignes, Marilyne Bertoncini, Mireille Disdero, Océane Brunel, Pierre Renier, Zoé Mozart, Louise Hanquet, Giulia Montineri, Laure Giroir, Pierre Saunier, Martin Wable, Sean Helmn, Mickael Berdugo, Marlène Tissot, Chiraz Chouchane, Tara M-H, Casimir Kubiak.


***

"Depuis quelques semaines je ne « devrais » pas être ici… il y a une date sur mon visa. Et pourtant je regarde le phallus dégueulasse du ministère de la Défense Nationale, par la fenêtre de ma niche-bibliothèque où je me suis installé avec les autres – simplement par la force dérisoire d’une chaine et d’un cadenas sur une porte de bois pourris – et je pense que cette peur est aussi dérisoire que... Je vis avec si peu d’argent que je suis presque invisible…

Et pourtant ce système comme tous les autres a si peur de l’invisible… il est formé de brouillard, de verre, de transparence, de pouvoir diffus comme de la vapeur. Mais il pense que de l’invisible naissent les bombes et les bombes dispersent la fumée dans une autre fumée… mais qui réalise vraiment que les bombes naissent de lui-même et cette guerre contre le terrorisme n’est rien qu’une guerre contre les entrailles profondes de son corps immatériel ?

Nous sommes dans un monde en ruine. Le corps social est formé de la vapeur d’un brouillard considérable…

Et moi je reste ici. Je reste à Santiago dans ma niche ou j’apprends la sérigraphie avec un déglingué du Cajon de Maipo qui trouve pour moi du boulot dans un paintball pour entreprises au milieu de la montagne.

J’expérimente la lumière sur les images d’Altazor. Et je dessine également les espaces vides, négatifs de mes compositions érotiques.

J’expérimente l’érotisme et les images de mes fantasmes avec une fille dont j’ai brisé la cheville lors d’une lutte sur une plage de Valparaiso – une fille qui, néanmoins, aurait le pouvoir de m’étouffer entre ses cuisses sculptées par une danse africaine, le football et la bicyclette.

J’expérimente l’absurdité d’écrire dans une langue que personne ne comprend.

J’expérimente la solitude."

(extrait de  Santiago, Jérôme Flipo)



(Dessin d'Emile Cerf, Berlin)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire